traditions et réglement

La vie au sein d'une compagnie d'arc est régie par un certain nombre de règles liées au respect de la tradition, au respect de l'autre et à une nécessaire sécurité. En voici quelques unes... 

 L'archer doit... 

  • saluer la butte de tir avant de décocher sa première flêche : cela permet de signaler que l'on va tirer et qu'il y a danger,
  • annoncer son entrée ou sa sortie d'un peloton : c'est une marque de politesse et cela permet de toujours connaître le nombre de tireurs sur le pas de tir,
  • faire silence sur le pas de tir,



 L'archer ne doit pas... 

  • entrer dans la salle de garde avec un arc bander ou avec une flêche sur l'arc : il ne faut pas oublier que l'arc est une arme et qu'il doit être manipulé avec prudence,
  • tirer sur une flêche oubliée dans la cible ou sur la butte : le propriétaire de la flêche peut à tout moment aller chercher sa flêche,
  • présenter une flêche par l'enféron : cela présente un risque de blesser celui qui prend la flêche,
  • employer de mots grossiers sur le pas de tir ou dans la salle de garde (attention au Tronc !),
  • discuter de politique ou de religion : deux sujets qui sont trop souvent sujets à controverse et dispute),




Tout archers ne respectant pas ses règles peut se voir présenter le Tronc
Ce dernier est une tirelire dans laquelle sont déposées des amendes. Un archer est amendé lorsqu'il déroge aux règles élémentaires de politesse (un mot grossier peut valoir une amende) ou de sécurité. La personne amendée doit savoir pour quelle raison elle doit passer au tronc. Le montant de l'amende est laissé libre.

 

Le Tir de la Saint-Sébastien

Le Tir de la Saint Sébastien a lieu le 21 janvier, jour de la fête du saint. Avant le Tir, les archers se rendaient à la messe , durant laquelle ils offraient le pain bénit aux pauvres. Aujourd'hui, les archers distribuent le pain aux fidèles après la messe. 
Après la messe et le tir, un repas est organisé, qui réunit tous les archers de la compagnies

abat l'oiseau pour désigné le roi de l'année

A une distance de 50 mètres, sur cible beursault,les tireurs visent un oiseau sculté dans du bois, de la grandeur d'un pouce. Le premier qui atteint l'oiseau est désigné Roi pour l'année. Le Roi désigné portera une écharpe lors des manifestations. Un tireur ayant été Roi 3 années de suite est alors nommé Empereur à vie. 

BOUQUET D’HIER

Le Bouquet est la plus grande manifestation traditionnelle des Archers de France. Depuis sa création à nos jours elle a très peu évolué, c'est la première compétition de tir à l'arc sur un plan national.
En effet si CHARLEMAGNE a été le premier Roi à introduire l'arc dans l'armée, les archers dans les cités se groupent sous forme de confrérie ou connétablie pour constituer des corps de protection pour ces dites cités.
La France s'organise, le pouvoir royal comprend que ces groupes organisés et entraînés peuvent lui servir d'hommes de guerre en cas de besoin. Et c'est l'occasion pour le pouvoir de convoquer périodiquement toutes les Compagnies, sous prétexte d'une revue des troupes et armements. Le cérémonial est immuable, le matin la Compagnie de la ville qui reçoit, en grande tenue avec drapeau et tambour, accueille les Compagnies qui se présentent, aux portes de la ville, en ordre derrière tambour et drapeau puis les accompagne jusqu'au lieu réservé pour les héberger. L'après-midi a lieu une parade la ‘’montre’’, de toutes les Compagnies présentes, au travers des rues de la ville d'accueil, les villageois manifestent leur joie devant le défilé de ces hommes valeureux. 
Cette journée se termine, Royauté oblige ainsi que le pouvoir ecclésiastique de l'époque, par une messe solennelle. Mais on n'est pas venu, parfois de loin, uniquement pour se montrer, boire et manger, la suite se passe sur le champ de tir où les archers rivalisent d'adresse pour déterminer le meilleur d'entre eux. Celui qui placera sa flèche au plus près du centre de la carte sera reconnu comme le champion. Les récompenses sont décernées par le pouvoir Royal, ce qui renforcent la reconnaissance et la noblesse du tir à l'arc.
L'évolution technique de l'armement militaire a mis au second plan l'arc. Mais les Compagnies subsistent. Pour entretenir entre elles, l'émulation et l'adresse. Les Compagnies s'associent entre elles pour rendre des Prix Généraux. La Compagnie chargé de rendre le prix devient dépositaire d'un gage d'armes appelé "Bouquet".

 

BOUQUET D'AUJOUR'HUI

De nos jours si l'accueil et la parade n'ont pas changé, le tir s'effectue sur plusieurs semaines dans un jeu d'arc, souvent plusieurs jeux sont prêtés pour pouvoir accueillir tous les tireurs qui souhaitent participer au Tir du Bouquet. A noter également depuis Louis Philippe le bouquet est doté par la présidence d'un vase de Sèvres.
L'organisation des Bouquets Provinciaux se fait principalement en Picardie Pays d'Arc et en Ile de France. La mobilisation d'une Compagnie et l'énorme budget de cette manifestation, font qu'il devient de plus en plus difficile d'organiser un Bouquet Provincial. 
Le tir se pratique en Jeu d'Arc à 50 mètres à une flèches en 20 haltes (40 flèches), sur carte de Prix de Bouquetde 1.05m x 0.75m comportant un cordon doré d'un diamètre intérieur de 45 cm. Au centre de cette carte est fixé un marmot représentant le Chapelet. Un honneur ne peut représenter que 3 points maximum. 
Si le Tir du Bouquet a perdu toute sa valeur nationale sur le plan de reconnaissance sportive, il n'en reste pas moins que pour participer au championnat de France de tir Beursault, il faut avoir participé à la parade et à ce tir.

 

bouquet de Dammartin en goele le 9 mai 1954

Remontons en 1954 à Dammartin avec le vaste et ambitieux programme prévu par la Compagnie, ’’ rendre un Bouquet Provincial ’’ le 9 mai. Le Capitaine René Jagueneau, et ses seize chevaliers ne suffiront pas à la tâche, ils ont besoin d'aide extérieure. Dès le 15 janvier, est créé un comité d'organisation. Il comprend les autorités municipales et administratives, le comité des fêtes, le corps enseignant, les commerçants, un comité de jeunes filles, les sociétés sportives, les soeurs de Saint Vincent de Paul. Tous ces bénévoles se répartissent les taches.
Pour conserver une certaine unité au décor de cette grande manifestation, il faut définir un thème. Le comité dammartinois décide de choisir les couleurs des armes de la ville depuis 990: le bleu et le blanc qui sont celles de Hugues de Dammartin, petit fils de Hugues Capet.
Le comité fait appel à tous les habitants pour assurer la décoration de la ville, des rues, des places, des immeubles. Il faut un décor digne du formidable cortège qui traversera la cité.
Le 30 avril, enfin, le programme est définitivement arrêté: réception des compagnies, des personnalités, défilés, grand-messe sur l'esplanade du château, banquet, prix au noir au stade, concerts par les sociétés musicales, grand bal.
Dès le 7 mai, Dammartin s'habille de bleu et blanc et se pare pour la plus grande fête que la ville ait connue depuis un demi siècle. Chacun a compris qu'il faut saisir l'occasion de faire quelque chose d'exceptionnel, d'inoubliable.
Et cette journée du 9 mai fut un succès complet, on a pu compter la visite de 148 drapeaux et ce sont plus de 10 000 personnes qui se sont déplacées pour admirer la parade des archers.

assiette du bouquet de dammartin

assiette du bouquet de ver sur l'aunette